Les jeux accessibles par tous les enfants

Tous les jeux nécessitent un équipement simple et facile à utiliser, qui peut être facilement transporté dans un grand sac de sport quotidien. Nous avons testé le matériel dans des environnements spécialisés, où la famille et les amis d’enfants handicapés et non handicapés ont été invités à une activité en après-midi. Nous avons encouragé tous les enfants à jouer ensemble.

Prendre part au jeu

La participation commence par la planification et la réflexion nécessaires pour rendre les activités agréables et efficaces pour tous les enfants. Cela signifie qu’ils ne supposent pas comment l’enfant va participer.

Par exemple, l’activité peut être une activité à laquelle l’enfant pourrait accéder dans un fauteuil roulant. Il peut également offrir des possibilités de mouvement indépendant sur le sol ou de se tenir debout ou en position agenouillée, ce qui peut également donner lieu à des changements de position.

Equipement de jeu de base

• Pompe à vélo et ballons

• Balles de ping pong

, balles gonflables, duveteuses en mousse ou en éponge pour la pêche

• Sacs de haricots pour le jeu Pass et Drop

• Foulards de jonglerie: peuvent être attachés autour des sacs de fèves pour faciliter la capture et le suivi des yeux

• Volants et tapis de lancer de cible

• Jeu de quilles: rouler le long d’un socle, descendre un tube, s’aligner et abattre

• Jouets de bain dans l’eau: flotter, saisir, presser, souffler

• Minuterie pour la chasse au trésor

Qu’est-ce qu’une prise de risque saine ?

En tant qu’enfant, l’exploration quotidienne de notre environnement à la maison ou à l’extérieur peut comporter des risques. C’est une prise de risque saine, même si les parents ou le personnel soignant prennent toutes les mesures de sécurité nécessaires.

Lorsqu’un enfant handicapé veut essayer d’être plus indépendant, essayer un nouveau jeu ou un nouveau passe-temps ou le faire tout seul, nous pouvons couvrir leurs actions avec des précautions de sécurité. Certaines de ces précautions de sécurité concernent nos peurs pour l’enfant et d’autres le sont pour nous-mêmes. Nous évaluons souvent les risques comme si nous pouvions les exclure complètement et que nous ne voulions pas nous soumettre ou soumettre les enfants à quoi que ce soit qui pourrait comporter des risques.

La vie comporte des risques et lorsque nous travaillons avec des enfants handicapés, nous acceptons que cela peut impliquer un risque pour nous-mêmes. La dignité et les droits des personnes handicapées devraient être notre première considération.